LE CHEMIN DE SAINT-JACQUES : QUÊTE ET RENCONTRE

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Figure de saint Jacques du buste-reliquaire de Perpignan.

Figure de saint Jacques du buste-reliquaire de Perpignan.

Une Lettre Pastorale des « évêques du Chemin de Saint-Jacques »

Le témoignage de Mgr Aillet, cité par La Croix des 15 et 16 août 2015 a annoncé  cette Lettre, publiée en juillet 2015, disponible ici.

Nous avions cru que les échanges entre évêques français et espagnols « du Chemin » avaient été initiés par Mgr Brincard. Cette Lettre apprend qu’ils l’ont été « depuis l’année 2009, sur les insistances de l’archevêque de Saint-Jacques de Compostelle ». Elle manifeste une sollicitude pastorale pour le Chemin et s’adresse à ceux qui l’empruntent et ceux qui le font vivre.

Il n’appartient pas à notre association d’en présenter les orientations pastorales. Mais, sans donner de références, cette Lettre s’appuie sur des considérations historiques. Notre spécialisation nous conduit à en proposer quelques extraits qui ne laissent pas de nous surprendre :

« Il existe une image suggestive qui reste immuable depuis le Moyen Âge : la marche obstinée des pèlerins vers Saint-Jacques de Compostelle ».

« Ils provenaient de tous les royaumes et territoires d’Europe, de toutes les classes sociales ; et ils laissaient derrière eux un long sillage de religiosité et de culture ».

« De nombreuses personnes de pays divers et de tous milieux sociaux marchent sur des voies parallèles ; leur attitude et leur apparence évoquent pour nous les pèlerins qui parcouraient ces chemins en d’autres temps ».

« […]ce phénomène religieux prometteur qui, après avoir duré pendant dix siècles, existe encore de nos jours […] »

« De même, des légendes et une même histoire, des connaissances scientifiques, un même patrimoine littéraire et culturel, jalonnent les pas du pèlerin ».

« Les foules de pèlerins qui, mus par les mêmes valeurs et la même ferveur, parcouraient au Moyen Âge le Chemin de Compostelle tissèrent l’union européenne. Un flux continu de foi et de culture chrétienne s’écoulait le long des routes menant à Saint-Jacques […] ».

Enfin, cette affirmation : « Le pèlerinage à Compostelle constitue une expérience privilégiée pour découvrir les racines de l’Europe » nous conduit à penser que, pour en convaincre, la Lettre aurait gagné à distinguer plus clairement mythes, histoire et légendes, au lieu de servir, avant les orientations pastorales, un fatras de pieuses considérations.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »