Une béquille pour le Patrimoine mondial

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Un protocole d’accord signé avec l’ACIR

Une restauration qualifiée d'exemplaire

Une restauration qualifiée d

Le 9 novembre 2015, Pascal Mailhos, préfet de la région Midi-Pyrénées, coordonnateur du bien “Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France”, a signé avec Marc Carballido, président de l’ACIR Compostelle un protocole d’accord relatif à l’animation culturelle et à la gestion du bien culturel en série n° 868, inscrit depuis 1998 sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Ce bien est celui présenté par ces plaques de marbre, apposées depuis la fin des années 1990 :


Mais il est défini comme suit, en contradiction avec l’affirmation gravée ci-dessus.

Le bien culturel en série “Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France” rassemble, sur notre territoire national, une sélection de 71 édifices ou ensembles d’édifices et de 7 sections de sentier. Ces 78 composantes sont réparties dans 95 communes, 32 départements et 13 régions françaises (10 dans la nouvelle organisation territoriale).

Il ne s’agit plus de chemins mais d’édifices, il ne s’agit plus de la France mais de 13 (ou 10 régions). Ce protocole reconnaît que l’inscription dont on parle en qualifiant le bien ” Chemins de Compostelle ” est une supercherie. On maintient l’illusion dans le titre donné au Préfet. Il faudra bientôt enlever les plaques.

Ce protocole est une béquille posée par peur que le montage de 1998 ne s’effondre sous les contradictions. Une première béquille a été posée symboliquement sous un dolmen dans la commune de Gréalou dans le Lot. Voir ici.

Cet article ouvre une voie à une nouvelle approche de la question. Renseignements à cette adresse.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »